Deux heures d’observation du trafic à la Chaux-de-Fonds

Mardi 31 août 2021, deux groupes de personnes ont compté le trafic le matin entre 5h50 et 8h30. Les uns à la rue de la Charrière en face de l’école, l’autre, au début de la rue de l’Hôtel de Ville.







Le comptage devant le collège de la Charrière a eu lieu de 7h à 8h30…. Ont été comptés 1248 véhicules dont 1074 n’avaient que le conducteur comme passager (86%)

Défilé de voiture à la rue de la Charrière à 7h00.
Aujourd’hui, 6’000 véhicules y circulent quotidiennement, en 2025, avec le plan de mobilité et la H18, ils seront 9’900, soit une augmentation de 65%

Le comptage à la l’Hôtel de Ville a eu lieu de 5h50 à 8h et a été effectué à la fois sur les voitures qui descendaient la rue depuis le Sud, et celles qui s’y engouffrait en venant du bas de la rue du Grenier (en grande partie du Pod)

A l’Hôtel de Ville, dans les deux sens, on a compté 1459 véhicules, soit

  • 1407 de véhicules légers (de la moto à la camionnette),
  • 38 camions,
  • 7 bus (avec en moyenne 1,57 passagers, donc sans le chauffeur !) et
  • 7 vélos

Pour les véhicules légers

  • 1372 (94%) n’avaient que le chauffeur (on n’a pas encore de véhicules autonomes qui pourraient tirer la moyenne contre le bas !)
  • 72 avaient 2 personnes
  • 11 avaient 3 personnes
  • 3 avaient 4 personnes et
  • 1 en comptaient 5, probablement le seul bus d’entreprise !

Le nombre de personnes par véhicules légers était donc de 1,14 personnes

La provenance des véhicules était

  • 1127 du canton de Neuchâtel (les vélos sont comptés dedans !)
  • 208 de France (14,3%)
  • 40 d’autres cantons

Chose étonnante, 89% des véhicules français venaient du Pod (ou de la rue du Grenier). Ils ont représenté 32% de cette direction. D’où venaient-ils ? de Biaufonds pour aller à Neuchâtel ? Probablement pas du Col des Roches, car ils auraient passé par le boulevard de la Liberté.

Les Français qui descendaient la rue de l’Hôtel de Ville étaient donc rares (23, représentant 2,6%,) ce sont pourtant eux qui viennent du Col-de-Roche et qui pourraient profiter du tunnel d’évitement.

A noter que durant le comptage, une personne a attendu un véhicule pour l’emmener à l’Est de la CdF. Il habitait l’Ajoie et avait une chambre en ville durant la semaine. Une façon intelligente de réduire le trafic, dont il ne pouvait bénéficier d’aucun avantage fiscal ou subvention (son lit en dortoir ( !) lui coûtait 500.-/ mois)

Considérations :

  • En réinventant ou soutenant le covoiturage ou l’autostop, on pourrait réduire de manière drastique le trafic.
  • Au petit matin, même en plein été, seul 0,5% des trajets se font à vélo
  • Les bus sont presque vides à ces heures, nos autorités qui les financent se sont-elles posées la question du pourquoi ?

Lien vers le tableau Excel du comptage à la rue de l’Hôtel de ville

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.